Ce qu’il faut savoir pour fidéliser les Super-Talents de votre entreprise 

Publié par | septembre 11, 2017 | Tendances RH | No Comments

Parmi les enjeux majeurs des entreprises, nous comptons la fidélisation des collaborateurs et, plus spécifiquement, les Talents. Ces personnes exceptionnelles aux personnalités bien singulières, hors du commun, ultra-compétentes et ultra-motivées, qui sont capables de vous décrocher la lune !

L’évolution de l’environnement économique de ces dernières années a favorisé une forte innovation technologique, créant de multiples marchés, rapidement saturés par une concurrence très dense. Il faut être le plus innovant, le plus rapide, le mieux organisé et le plus attractif pour espérer gagner dans ce monde qui bouge. Autant d’éléments qui conduisent à une rotation du personnel qualifié sur le marché de l’emploi !

A noter également que le départ d’un salarié génère une désorganisation et une démotivation, très coûteuses pour les entreprises, surtout pour les plus petites d’entre elles. Le départ volontaire d’un salarié causerait une perte comprise entre la moitié de son salaire annuel et jusqu’à trois fois son salaire dans le cas d’un commercial qui part avec son portefeuille clients. Raison pour laquelle la fidélisation des salariés est une préoccupation pour 82,5% des DRH d’aujourd’hui.

Tout commence avec un bon recrutement…

Avant de fidéliser ses collaborateurs, il faut d’abord bien les choisir. Un recrutement efficace permet de fixer le salarié dans l’entreprise pour une durée d’un an minimum. C’est dans cette période que se jouera 80% de la fidélisation. Il mesurera l’écart entre les promesses faites par la société et ce qu’il obtiendra vraiment, rencontrera les collègues, le manager… Ainsi c’est dans cette période qu’il pourra se projeter ou non à long terme dans l’entreprise.

De ce fait la société doit au préalable travailler sa marque employeur (prononcer un discours différenciant, formuler une promesse aux candidats) et mettre en place une procédure de recrutement efficace, en s’aidant des dernières technologies (Intelligence artificielle…). Il est préférable de prendre le temps nécessaire pour recruter, afin d’éviter les mauvaises surprises.

C’est pourquoi l’idéal reste la mobilité interne. La société ancre davantage un salarié qui était là depuis un moment déjà, l’aide à s’orienter et contribue à l’évolution de son plan de carrière. Ces atouts permettent de fidéliser le collaborateur pendant une longue période.

Puis continue avec un excellent management…

Selon un spécialiste du management, Benjamin Chaminade, 70% des démissions sont dues à une mauvaise relation entre l’employé et l’employeur. Bien souvent considéré comme une simple ‘‘ressource’’ devant apporter une valeur ajoutée, les managers ont tendance à oublier les aspects humains. Or l’homme ne peut être réduit à un simple capital de compétences. C’est un être doté d’expériences, d’un background social, culturel… des attentes qui doivent être prises en compte dans son embauche et son plan de carrière.

La clef d’un management efficace reste donc la confiance. Une confiance qui se construit à travers la responsabilisation du collaborateur, l’écoute et la reconnaissance. En tant que manager, vous devez mettre en place une communication transparente et objective, et formuler des critiques objectives et fondées.

Pour aboutir sur l’adhésion du salarié aux valeurs et aux objectifs de l’entreprise

En plus d’un bon management et de la confiance qu’on lui donne, le collaborateur doit être motivé. Et la rémunération ne suffit plus pour le garder ! Si vous vous appuyez uniquement sur cela, votre salarié n’hésitera pas à partir chez un concurrent qui lui aura fait une offre plus alléchante.

Pour fidéliser, il est nécessaire que le salarié se retrouve dans votre entreprise. Il faut d’une part qu’il adhère à votre culture et, d’autre part, qu’il ait des objectifs, un rêve, une finalité qui va au-delà du business. Il faut lui donner envie de s’impliquer dans la construction des projets, le faire participer aux succès de l’entreprise et l’aider à se réaliser. L’innovation participative est un exemple. Elle consiste à intégrer chaque salarié dans le développement de l’entreprise, en mettant en place des dispositifs de consultation (boîte à idée, groupe de travail…) par exemple, offrir des parts sociales et des primes d’intéressement…

Enfin il est primordial d’offrir des perspectives. Hélène Gemahling, DRH de Nespresso déclarait lors d’une interview au Parisien : « Notre objectif est de donner de la visibilité aux collaborateurs sur les perspectives de carrière et les étapes nécessaires pour évoluer ! ». Ici Nespresso a mis en place un programme de formation pour les salariés qui souhaitaient évoluer dans l’entreprise.

En somme, pour une entreprise, la fidélisation passe par une bonne connaissance de son identité et de ses valeurs. Sa capacité à attirer par sa différence et la qualité de son projet. La qualité du recrutement et du management. Et les perspectives de carrière qu’elle est en mesure d’offrir aux collaborateurs.