Le SaaS a-t-il tué l’On premise ?

Publié par | septembre 15, 2017 | Tendances RH | No Comments

Deux trois mots sur le marché du Cloud Computing

Le marché du Cloud peut se décliner en trois composantes majeures : le Software as a Service (Saas), l’Infrastructure as a Service (Iaas) et le Plate-forme as a Service (Paas). Le Saas est un logiciel hébergé sur les serveurs d’un tiers, qui donne accès à l’outil en échange d’un abonnement. L’Iaas, c’est du matériel informatique virtualisé (serveur, bande passante, IP). Le Paas est une plateforme qui offre aux développeurs un environnement informatique virtualisé, pour leur permettre de mettre en place leurs différents services et applications sur Internet.

Les solutions Cloud sont-elles en train de remplacer les solutions On-premise ? Avec plus de 20% de taux de croissance par an prévue dans la plupart des marchés mondiaux, on ne peut que l’imaginer… L’année dernière Microsoft était leader dans le domaine avec plus de 13 milliards de dollars réalisés. D’ici 2020 le marché des Saas s’élèvera à 75,7 milliards de dollars (alors qu’il était de 2,09 milliards en 2009). Les Iaas devraient atteindre les 71,5 milliards et les Paas 56,1 milliards. Au total, le marché du Cloud devrait atteindre 383,3 milliards d’euros d’ici la fin de cette décennie.

Selon Gartner le marché du Cloud public aura atteint une valeur totale de 246,8 milliards de dollars d’ici la fin de cette année. De son côté IDC prédit que les dépenses en services et infrastructures Cloud s’élèveront à 122,5 milliards de dollars.

Cette forte croissance est stimulée par le développement rapide des marchés de l’intelligence artificielle, du Big data et de l’internet des objets. Ces marchés nécessitent des espaces de stockage toujours plus conséquents, contraignant ainsi les entreprises à se tourner vers le Cloud pour limiter les frais de stockage, l’espace nécessaire pour entreposer l’infrastructure IT et les coûts de maintenance.

Les entreprises doivent compter sur des vendeurs externes pour fournir les logiciels, maintenir ces logiciels, proposer une facture détaillée et garantir un environnement sécurisé.

Les avantages sont nombreux…

Tout d’abord les outils en mode Saas sont pour la plupart rapides à mettre en place car conçus pour s’adapter à différents environnements, évolutifs et de plus en plus personnalisables.

D’autre part ils permettent de réduire considérablement les coûts d’installation, d’approvisionnement et de maintenance car il n’y a pas besoin de matériel. Elles sont faciles d’accès et modulables aux différents types de devices (ordinateur, smartphone & tablette).

Ce sont des outils qui facilitent le travail collaboratif : plusieurs personnes peuvent travailler sur les mêmes projets en même temps (car hébergé sur un serveur externe). L’ergonomie est très travaillée, les solutions sont très intuitives, réactives et modulables, ce qui permet d’exécuter une multitude de tâches rapidement.

Enfin ces outils fournissent une vision holistique des situations/projets/dossiers. Auparavant chaque département fonctionnait de façon cloisonnée, en silo, et personne ne marchait sur les plates-bandes de ses collègues. Mais le Cloud est venu briser les silos, pour offrir une vue transversale des projets, chacun ayant accès aux mêmes informations, pouvant les modifier et les extraire à tout moment.

Mais tout n’est pas rose…

  • Difficile d’un point de vue légal

On ne sait pas où sont stockées les données, on ne peut donc pas y avoir accès facilement. D’autre part on ne sait pas quel droit s’applique au traitement des données, vu que les données d’une entreprise peuvent être hébergées par un tiers étranger. Dans ce cas doit-on faire appliquer le droit du pays où réside l’entreprise, ou doit-on faire appliquer le droit du pays où sont hébergées les données ? Telle est la question…

  • Une connexion permanente à internet

Etant hébergées dans le Cloud, les solutions ne sont qu’accessibles sur le web. Ce qui nécessite une excellente connexion permanente à internet. Ces outils doivent être bien adaptés, bien construits et bien organisés, pour être utilisables à tout moment. Si un commercial est en déplacement, il doit  avoir accès à son CRM constamment, quel que soit l’endroit où il se trouve. Raison pour laquelle de plus en plus d’éditeurs de logiciels intègrent une fonction ‘‘Hors connexion’’, pour permettre à leurs utilisateurs de travailler dans n’importe quelle condition.

  • L’accès & la sécurité des données

Etant stockées sur internet, les données peuvent être piratées. Les entreprises s’exposent à des risques d’espionnage industriel, de vol ou de destruction des données. En conséquence les vendeurs de Cloud doivent fournir des solutions ultra-sécurisées, et donner des garanties en cas de litige.

Un marché oligopolistique

Il existe aujourd’hui les TOUT-PUISSANTS du Cloud, une poignée de sociétés multinationales qui détiennent la majorité des parts de marché. Et il sera de plus en plus difficile de les confronter ! Les autres fournisseurs vont s’en éloigner et seront incapables de suivre le rythme d’investissement imposé par les grands leaders. Parmi eux nous pouvons citer les trois acteurs majeurs du secteur, qui se distinguent par l’étendue de leurs infrastructures : Microsoft, IBM et Amazon…

On dénombre aujourd’hui 320 data-centers détenus par 24 mastodontes du Cloud, qui détenaient 47% du marché mondial en 2012 (Saas, d’Iaas et de Paas confondus).

Les solutions de Cloud Computing sont en pleine expansion mais elles présentent encore certaines failles. Avec les évolutions technologiques, les changements de mode d’organisation et l’augmentation de la concurrence, les entreprises doivent être flexibles, adaptables et réactives. Autant d’atouts proposés par ces outils, qui facilitent le travail collaboratif, réduisent les coûts et sont de plus en plus personnalisables. Ils sont parfaitement adaptés aux enjeux actuels et peuvent, à terme, dominer le marché du Software, de l’Infrastructure IT et des Plateformes.

Mais leur utilisation nécessite un changement de paradigme et d’organisation. Les entreprises matures dans leur processus mutent sans difficulté et parviennent à intégrer les solutions Cloud dans leur activité. Mais d’autres entreprises ont besoin d’être accompagnées pour négocier correctement le changement.