Contact Us
+33 (0) 153 622 214

Search here:

Le digital au service de la qualité de vie au travail

Home > Actualités RH  > Le digital au service de la qualité de vie au travail

Le bien-être en entreprise est devenu le fer de lance des services de Ressources Humaines. Un salarié heureux est un salarié productif, les paramètres qui contribuent à son bonheur au travail sont multiples. A l’heure du tout numérique, le digital a lui aussi son rôle à jouer dans cette quête de plénitude professionnelle.

Les innovations numériques ont profondément modifié nos habitudes de consommation. Acheter et vendre sur internet est devenu monnaie courante, les transactions ne se font plus que par le biais d’un outil numérique et la publicité sur internet explose.

Mais le digital s’est aussi fait une place de choix au travail et apporte des possibilités infinies aux entreprises. En investissant la sphère professionnelle, le numérique s’y est progressivement fait une place vitale. Aujourd’hui, plus de 70% des actifs affirment que la digitalisation a transformé leur métier. Pour 95% des dirigeants, elle constitue un enjeu stratégique et mérite un budget à part entière.  C’est aujourd’hui le cas pour plus de 50% des entreprises en France.

En interne, les outils digitaux permettent une communication plus efficace, plus rapide et plus réactive. Plus de 40% des entreprises possèdent un réseau social d’entreprise. Celui-ci permet de faire passer des messages en interne à l’ensemble des équipes ou de planifier des évènements.

L’apport du digital nous est aussi finalement écologique avec la dématérialisation. Le décret du 1er janvier 2017 permet dorénavant la diffusion des bulletins de paie électroniques. L’autre atout régulièrement mis en avant par les salariés pour son impact positif sur le bien-être est celui du télétravail. Il reste encore largement marginalisé dans l’hexagone. Actuellement, il est refusé dans plus de 60% des cas par les entreprises. Moins de 20% des salariés français télétravaillent plus d’un jour par semaine.

Le digital c’est également la garantie d’une efficacité accrue dans les différentes missions à accomplir et donc un gain de temps et d’énergie pour les salariés. Premier acte, le travail collaboratif : aujourd’hui il fait partie des préoccupations majeures des entreprises. L’idée étant de constituer des petits groupes de travaux afin d’optimiser les échanges et l’efficacité dans les tâches à accomplir.

Les technologies collaboratives permettent davantage de réactivité dans le monde professionnel et une automatisation des tâches non négligeable. Autres innovations destinées à envahir les espaces de travail : les objets connectés. Réalité virtuelle, hologrammes, domotique ou encore imprimantes 3D promettent des opportunités encore difficilement mesurables. Selon une étude de cabinet américain Gartner, le nombre d’objets connectés à destination des particuliers et des entreprises dépassera les 20 milliards en 2020.

L’un des effets majeurs du digital est l’impact sur la formation. Le e-learning appelé aussi digital learning est devenu un acquis pour les entreprises. 80% des services RH des entreprises françaises ont mis en place des modules de e-learning dans le cadre de leurs formations. Une statistique qui s’explique par la nécessité importante d’éducation face la digitalisation croissante des métiers. Une tendance qui devrait s’accentuer, plus de 70% des décideurs RH prévoient une accélération de la formation digitale dans leur entreprise en 2018.

C’est indéniable, le digital est sans conteste un puissant levier de bien-être au travail. Encore faut-il qu’il soit maitrisé.

Les dangers du numérique dans le monde du travail restent facilement perceptibles. Il nécessite un changement de philosophie encore difficile à mettre en place. Pour le digital learning par exemple, beaucoup d’organisations sont encore fébriles sur les méthodes à mettre en place pour ancrer cette nouvelle philosophie. Plus de 60% d’entre-elles souhaitent se faire accompagner dans leur démarche de transformation.

Du coté des salariés, des inquiétudes existent. Le processus de digitalisation peut être perçu comme intrusif et la limite entre vie professionnelle et personnelle est parfois rendue floue. Plus de 50% des managers confient que le digital pousse à travailler en dehors des heures de bureau.

Depuis le 1er janvier 2017, la loi sur le droit à la déconnexion est entrée dans le code du travail. Malgré ça, près de 40% des actifs déclarent utiliser leur ordinateur de travail pendant leurs jours de repos et 62% d’entre eux réclament une régulation des outils numériques professionnels.

La charge de travail accrue est également pointée par les salariés, 30% d’entre eux estiment que le numérique contribue à l’accentuer tandis que 60% préfèrent ne pas se prononcer.

Le dernier danger est de l’ordre technique. La cybersécurité est devenue une priorité absolue particulièrement dans plusieurs secteurs d’activités comme la finance et l’assurance.

La digitalisation reste un formidable moyen d’améliorer notre vie au travail. Aujourd’hui une large majorité des salariés s’estiment à l’aise avec les nouvelles technologies et ne se voient plus évoluer sans. Un optimisme qui favorise la poursuite de son intégration au sein de nos entreprises malgré quelques dérives minimes.